Warning: INSERT command denied to user 'souvenirx'@'10.0.75.36' for table 'watchdog' query: INSERT INTO watchdog (uid, type, message, variables, severity, link, location, referer, hostname, timestamp) VALUES (0, 'php', '%message in %file on line %line.', 'a:4:{s:6:\"%error\";s:12:\"user warning\";s:8:\"%message\";s:1023:\"UPDATE command denied to user 'souvenirx'@'10.0.75.36' for table 'cache'\nquery: UPDATE cache SET data = 'a:1206:{s:23:\\"!datetime — !username\\";s:23:\\"!datetime — !username\\";s:16:\\"Advanced options\\";s:17:\\"Options avancées\\";s:16:\\"Site information\\";s:12:\\"Informations\\";s:9:\\"Site name\\";s:11:\\"Nom du site\\";s:8:\\"Username\\";s:17:\\"Nom d\\&am in /home/souvenirx/www/includes/database.mysql.inc on line 128
Une combattante de l'ombre. Lucienne Ledent Edouard | Souvenir Français Arras

Une combattante de l'ombre. Lucienne Ledent Edouard

user warning: UPDATE command denied to user 'souvenirx'@'10.0.75.36' for table 'cache' query: UPDATE cache SET data = 'a:1206:{s:23:\"!datetime — !username\";s:23:\"!datetime — !username\";s:16:\"Advanced options\";s:17:\"Options avancées\";s:16:\"Site information\";s:12:\"Informations\";s:9:\"Site name\";s:11:\"Nom du site\";s:8:\"Username\";s:17:\"Nom d\'utilisateur\";s:14:\"E-mail address\";s:21:\"Adresse électronique\";s:17:\"Default time zone\";s:26:\"Fuseau horaire par défaut\";s:10:\"Clean URLs\";s:18:\"URLs simplifiées\";s:8:\"Disabled\";s:11:\"Désactivé\";s:7:\"Enabled\";s:7:\"Activé\";s:20:\"Update notifications\";s:30:\"Notification des mises à jour\";s:7:\"actions\";s:7:\"actions\";s:5:\"Error\";s:6:\"Erreur in /home/souvenirx/www/includes/cache.inc on line 109.

 

Une combattante de l'ombre.

 

Lucienne Ledent-Edouard


Lucienne002bis.jpg

Lucienne Edouard est née le 7 mars 1923 à Hénin sur Cojeul, elle était la fille de Monsieur Lucien Edouard (Maréchal-ferrant) et d’Ida Hersent, elle avait un frère aîné René, né en 1921.

Lucienne ne connût que très peu son père décédé en 1934, l'année de sa communion solennelle. Après des études à l'école communale du village où elle obtiendra son certificat d'étude primaire, elle va aider sa mère à tenir l'estaminet situé dans la rue d'Arras à Hénin sur Cojeul (Aujourd'hui Rue René Ledent).

Au cours de la deuxième guerre mondiale toute la famille bascula dans la résistance, le frère de Lucienne sera d'ailleurs un résistant très actif à l'occupation des troupes allemandes, il participa avec son réseau W.O.(1) à des caches d'armes et aux distributions de tracts et il aidait aussi à la dissimulation de résistants français recherchés par la police allemande. La Mère Ida et sa fille Lucienne aidèrent le réseau à cacher et héberger un bon nombre de Résistants et à dissimuler dans le café du matériel radio, des armes et des containers parachutés pour la Résistance. Lucienne qui exerçait le métier de coiffeuse va bien souvent décolorer les cheveux d'un certain nombre de patriotes que les Allemands, de la sorte, ne parvinrent jamais à identifier(2). Lucienne avait appris le métier de coiffeuse chez sa marraine à Arras.

Le 27 novembre 1943 vers 4 heures du matin, probablement sur dénonciation d'un résistant (3) emprisonné et probablement torturé par la Gestapo, la police allemande encercla le café de la rue d’Arras et embarqua toute la famille à la Kommandantur d'Arras. Certainement après un interrogatoire musclé dans les caves de l'hôtel du commerce à Arras, les deux femmes Ida et Lucienne furent d'abord emprisonnées à Cuincy-Douai et furent transférées ensuite à Arras puis Bruxelles, Cologne et Grosstrelitz.

René le fils fut fusillé le 22 décembre 1943 avec 7 autres membres (4) du réseau dans les fossés de la citadelle d'Arras.

La Mère et la fille vont connaître ensuite et cela pendant 2 ans l'enfer des camps de concentration « Nazis ».

Elles firent d'abord un premier séjour à Ravenbrück (Lucienne portée le matricule 89983) (5) pour être transférés Mauthausen (matricule 1909) (6) où elles vont souffrir de la faim, de la mal nutrition, de privations, du froid, de travaux pénibles et parfois des coups de leurs geôliers. Il semble que Lucienne et sa mère travaillèrent dans des Kommandos agricoles.

Fin avril, le camp de Mauthausen fut libéré par les troupes américaines, le 1er mai 1945 Lucienne et sa mère regagnèrent la France et Hénin sur Cojeul après un passage à Paris où elles rencontrèrent le Général de Gaulle qui embrassera Lucienne et lui offrira un paquet de cigarettes.

La vie va reprendre difficilement, il faut faire abstraction des deux années d'horreurs passées dans cet univers concentrationnaire. Ida et Lucienne reprirent leurs activités au café de la rue principale d'Hénin sur Cojeul. Le café va par la suite s'agrandir et devenir un café-épicerie.

Le 8 juillet 1947, Lucienne est devenue Madame Ledent, elle épousa  Monsieur Ledent César (Employé à la Sucrerie de Boisleux), de cette union naîtront 2 enfants, un garçon René né le 19 novembre 1949 décédé en 1996 et une fille Nicole née le 8 août 1956, Lucienne a perdu son mari le 11 août 1976.

FamilleLedent001bis.jpg

Lucienne avec son mari et ses deux enfants

Ida la mère de Lucienne nous a quitté en novembre 1978.

Lucienne et sa mère Ida sont titulaires toutes les deux de plusieurs distinctions dont celle prestigieuse d'officier de la Légion d'Honneur depuis le 25 février 1966. Elles ont aussi reçu la Croix de guerre avec étoile de bronze et la médaille le la Résistance.

Aujourd'hui, Lucienne (90 ans) est l’hôte de la maison de Retraite de Croisilles.

Lucienne&Nicole2004bis.jpg

Lucienne avec sa fille Nicole.


(1) = Le secteur d'Arras du réseau Sylvestre-Farmer dit W.O (War Office) dépendant du S.O.E. (Special operations executive - Section Française du Buckmaster).Le chef de ce réseau était le Capitaine britannique Michael Trotobas alias Capitaine Michel.

(2) = Dans un témoignage écrit, Lucienne dit : « J'ai hébergé Voussens recherché par la Gestapo ( Police secrète allemande) pour avoir tué un officier allemand. Arrêté en même temps que mon frère fusillé le 22 décembre 1943 à Arras . » On sait aussi que c'était Lucienne qui a remodelé et teinté les cheveux blonds en noir foncé du-dit Voussens.

(3) = Jean Voussens : Résistant courageux, déluré mais difficilement contrôlable, enrôlé dans le réseau W.O., il tua à bout portant, le 20 août 1943, un sous-officier allemand dans un garage près du cinéma « Rex » d’Arras pour une sombre histoire de camionnette. Très recherché par la police allemande, sa tête fut mise à prix avec un autre résistant M. Volkaert pour une somme de 500 000 F, énorme pour l’époque. En délicatesse et devenant encombrant pour le réseau, il fut évacué mais malheureusement arrêté à la frontière espagnole. Ramené dans le Nord de la France à la prison de Loos, il va donner aux autorités allemandes, sous la torture, les noms des membres du réseau de la région d’Arras achevant de décapiter le réseau W.O. déjà bien malmené par la Gestapo

J. Woussens ne fut pas fusillé par les Allemands mais déporté dans un camp de concentration en Allemagne d’où il reviendra en très mauvaise santé et mourra peu de temps après suite aux mauvais traitements.

(4) = Les 7 autres membres du réseau W.O sont Alexandre Maury et Pierre Ditte agriculteurs à St. Léger, Constant Misseron agriculteur et Maire de St. Léger ( Cousin de René Edouard) , Charles Roger agriculteur et Maire de Gommecourt, Roger Savaux et François Darras ouvriers agricoles à Hébuterne, Alexandre Phalempin meunier à Hébuterne.

(5) =Ravensbrück est un village d'Allemagne situé à 80 km au nord de Berlin. De 1934 à 1945, le régime nazi y établit un camp de concentration spécialement réservé aux femmes et dans lequel vécurent aussi des enfants.

Le camp est construit sur les bords du lac de Schwedtsee, en face de la ville de Fürstenberg/Havel, dans une zone de dunes et de marécages du nord du Brandebourg. Le camp fut libéré par les troupes soviétiques le 29 et 30 avril 1945.

(6) =Le camp de concentration de Mauthausen fut créé peu de temps après l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne (Anschluss) en mars 1938. Il fut construit près d’une carrière de pierre désaffectée au bord du Danube, à environ 5 kilomètres de la ville de Mauthausen, en Haute-Autriche, à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Linz. Mauthausen n'est pas un camp de femmes quelques milliers de diverses nationalités franchissent l'enceinte du camp central. Parmi elles, 570 françaises dont probablement Lucienne et sa Mère arrivèrent au camp le 7 mars 1945 dans un convoi en provenance du camp de Ravensbrück.


Sources et remerciements :

Mme Lucienne Ledent- Hédouard.

Mme Nicole Gaillard-Ledent

Mme Annick Ledent.

M. André Coilliot.

M. Jean Claude Goëthals

Pour en savoir plus sur le réseau W.O. de la région d’Arras, nous vous recommandons de consulter le livre d’André Coilliot : «  4 longues années d’occupation- Tome II » Chapitre 10 texte rédigé par le commandant Arthur Malfait.