Hommage au 22e bataillon canadien-français - Bataille de Chérisy

Chérisy le 14 mai 2017

Hommage au 22e bataillon Canadien-Français.

Bataille de Chérisy.

 

DSC_0120 ter.jpg

Le 14 mai 2017 à Chérisy, le Souvenir Français était invité par le Souvenir français canadien pour participer à une commémoration en hommage au 22ème bataillon canadien-français qui a combattu à Chérisy du 27 au 29 août 1918.

DSC_0011bis.jpg

Une délégation des Fusiliers du St Laurent a été reçue en mairie par la municipalité avant de se rendre au monument aux morts au cimetière communal. Un cortège s’est ensuite rendu par un chemin agricole au cimetière militaire du Québec. Après une cérémonie protocolaire avec dépôt de gerbes, les membres de la délégation ont pu se recueillir sur les tombes des soldats du 22ème Bataillon morts au combat.

DSC_0031bis.jpg

La manifestation s’est poursuivie à la salle des fêtes où fût dévoilée une plaque commémorative en l’honneur de Georges P. VANIER, officier grièvement blessé lors de la bataille de Chérisy qui devint en 1959 gouverneur général du Québec. Son fils Jean, vivant en France et fondateur de la communauté de l’Arche avait fait le déplacement sur invitation de l’association « St Michel ,la Grande Guerre à Chérisy ».

DSC_0172 ter.jpg

Les hymnes furent interprétés par des musiciens du conservatoire d’Arras .Les enfants des écoles ont également interprété le chant « le canadien errant » et des morceaux  de cornemuse furent joués par des piper locaux. La cérémonie  a été animée par le président du cercle national des  anciens soldats français stationnés outre Rhin, venu à l’occasion avec des porte- drapeaux. Une exposition d’objets militaires préparée par Mrs THERY et DELAMBRE figurait également au programme de la journée.

M Vanier et Zonda.jpg

Un descendant de M. Georges P. Vanier et M. Zonda

La bataille de Chérisy

La seconde bataille d'Arras, dans le cadre de l'offensive des cent jours débuta le 26 août 1918.  L'état-major canadien ayant reçu l'ordre d'avancer au plus vite et coûte que coûte vers Cambrai. Pour pouvoir reprendre une guerre de mouvement, les Canadiens devaient  sur cet itinéraire enfoncer une partie de la Ligne Wotan (ligne Hindenburg) et traverser sa dernière barrière défensive connue celle de Drocourt-Quéant, la plus fortement fortifiée.

Les batailles des 27 et 28 août ont été terribles, et la 2e division canadienne subit des pertes si alarmantes qu'elle fut obligée de stopper son avance et même de se retirer dans certains endroits. L'un de ses bataillons, le 22ème canadien-français fut anéanti en attaquant Chérisy, un village au cœur de la ligne Fresnes-Rouvroy. Les soldats du 22èmeBataillon, qui venaient de se battre  10 jours avant à la bataille d'Amiens, ont attaqué le 27 août dans le but de prendre le village de Chérisy puis de progresser vers Cagnicourt. Cependant, de fortes pluies la veille ont entraîné d'innombrables problèmes logistiques, en particulier en ce qui concerne l'assemblage des bataillons dans leurs secteurs d'attaque. De ce fait, l'attaque du 22e Bataillon prévue à l'aube, fut retardée à 10 heures du matin, sous un ciel lumineux. Les soldats canadiens-français prirent leur objectif, mais le lendemain, un violent contre-bombardement d'artillerie et une attaque d'infanterie ennemie les ont renvoyés presque sur les positions atteintes la veille. Chérisy fut un enfer sur terre pour les hommes du 22e Bataillon. Sur les 650 hommes et 23 officiers partis à l'attaque le 27 août, il n'en restait seulement que 39 indemnes quand ils furent relevés dans la nuit du 29 août. Tous les officiers furent blessés et 3 d'entre eux furent tués. Le commandement dans la nuit du 28 au 29 fut assuré par un sergent-major de la compagnie qui reçut la DCM (pour avoir réussi à tenir et empêché la reprise de Chérisy). Les pertes pour le 22e bataillon s'élevèrent au total à 122 tués et 490 blessés durant cette période. La ligne Quéant-Drocourt ne sera finalement enfoncée par le Corps canadien que le 2 septembre.

The Battle of Chérisy

The second Battle of Arras, as part of the hundred- days offensive, began on August 26, 1918. The Canadian General Staff was ordered to advance as quickly as possible and at all costs towards Cambrai.  In order to resume a war of movement.  The Canadians on this road had to push a part of the Wotan Line (Hindenburg Line), crossing its last defensive barrier, the most heavily fortified that at Drocourt-Quéant.

The battles on 27 and 28 August were terrible, and the 2nd Canadian Division suffered such alarming losses that they were forced to stop, and even to retreat in certain places. One of its battalions, the 22nd, was annihilated while attacking Chérisy, a village at the heart of the Fresnes -Rouvroy line. The soldiers of the 22nd Battalion, who had just fought at the Battle of Amiens, were ordered to attack on 27 August with the objective of taking Chérisy then to move towards Cagnicourt.  However, heavy rain the day before led to countless logistical problems, in particular with respect to assembling the battalions in their attack sectors. Thereby, the attack of the 22nd planed at dawn was delayed at 10 o’clock in the morning under a bright sky. The French-Canadian soldiers took their objective, but the next day, a violent counter-barrage of artillery and an enemy infantry attack pushed them back almost to their starting position. Chérisy was hell on earth for the men of the 22nd Battalion. Of the 650 men and 23 officers who had launched the attack on 27 August, only 39 remained when they were relieved on the night of 27 August. All the officers were injured, 3 of them were killed. The command on the night of the 28th to the 29th was assured by a sergeant-major of the company which received the DCM (for having succeeded in holding and preventing the recovery of Chérisy.) The losses for the 22nd battalion totaled 122 killed and 490 injured during this period, and the Quéant-Drocourt line was finally defeated by the Canadian Corps on September 2.

(inspiré de l’article de M.Carl Pépin par l’association St Michel - La Grande Guerre à Chérisy) 

 

 

DSC_0199 bis.jpg