Les tunneliers néo-zélandais sur le front d'Arras (1917-1918)

Aménager les tranchées.

Les Tunneliers néo-zélandais sur le front d'Arras

(Mai 1917-Juillet 1918).

Par Anthony Byledbal, Doctorat à l’université d’Artois, Arras

De mai 1917 à la mi-juillet 1918, la compagnie de tunneliers de Nouvelle-Zélande qui a travaillé à la connexion des carrières d’Arras, aménage différents ouvrages sous les tranchées. Avec le début de la Bataille d’Arras en avril 1917, la guerre souterraine prend fin pour l'unité. Dorénavant, les tunneliers néo-zélandais construisent des abris souterrains, des nids de mitrailleuse et des batteries de mortier, l’un des travaux le plus important des tunneliers durant le conflit. Le secteur de la compagnie s’étend de la route d’Arras-Cambrai à quelques 450 mètres au nord de la Scarpe soit une zone d’environ 10 kilomètres carrés.

Dessin01bis.jpg

Vue d'un Abri souterrain sous les tranchées construit dans le strate de craie. (Conception et réalisation : Anthony Byledhal)

 

Avant de commencer un ouvrage, les tunneliers doivent préparer la tranchée. Ils creusent tout d’abord un trou dans la paroi de la tranchée. À partir de cette nouvelle entrée, un escalier est creusé. En bas de l’escalier est aménagé un couloir qui dessert les différentes pièces du souterrain. À l’intérieur d’un dug-out en construction, l’air est irrespirable à tel point que les bougies s’éteignent toutes seules. Les hommes ne peuvent donc pas rester très longtemps dans cette atmosphère pesante. Les tunneliers doivent créer des conduits pour obtenir un courant d’air. Les déblais sont le problème majeur des tunneliers. Lors de la construction d'un abri souterrain, la terre doit être remontée à la surface. Quelques tunneliers qui travaillent sous terre, remplissent des sacs avec la terre ou le calcaire. Les soldats d’infanterie aident donc les Néo-zélandais à remonter ces sacs. Ils se positionnent afin de créer une chaîne humaine et ainsi se passer les sacs de mains en mains jusqu’à la tranchée. Les sacs sont stockés dans la tranchée ou dans des trous d’obus pendant le jour et sont évacués la nuit venue.

Les tunneliers enchaînent les travaux jusqu'en mars 1918. L'offensive allemande du 21 mars 1918 fait reculer le front. Les Allemands reviennent à moins d'un kilomètre d'Arras. Les tunneliers quittent leurs ouvrages sous terre pour se concentrer au creusement de nouvelles tranchées devant Arras. Les Allemands n'arrivent pas à prendre Arras. Le front se stabilise devant la ville. Les tunneliers préparent de nouveaux nids de mitrailleuse et abris souterrains sur l'ensemble du front.


Photo01bis.jpg 
Les tunneliers néo-zélandais dans leur abri souterrain de la ferme Les Fosses près de Monchy le Preux. (ID: 1/2-012990-G, Royal New-Zealand returned and Services' Association, Alexander Turnbull Library, Wellington, New-Zealand).

 

Pour plus d’informations, visitez le site des tunneliers néo-zélandais : http://www.nztunnellers.com